Assurance Construction

communiqué de presse suite au colloque 26 avril 2016 "lever les freins à la construction bois "

La construction bois sans tabou !

 

Essor de la maison individuelle, multiplication des projets d’immeuble dans le cadre de la nouvelle France industrielle : la construction bois a, on le sait, le vent en poupe. Faut-il en déduire pour autant que les freins à ce mode constructif sont désormais tous en passe d’être levés ? Une question à laquelle un colloque réuni à l’initiative de l’Agence Qualité Construction, FIBOIS Alsace, Aléarisque, l’ENSAS et le centre de ressources Energivie.pro à Strasbourg le 26 avril dernier a permis d’apporter une réponse exhaustive.

 

La diversité des professionnels de la construction invités à intervenir lors de l’événement était en effet là pour le rappeler : la spécificité de la construction bois tient d’abord à ce qu’elle est à la croisée d’enjeux multiples. Michel Hueber, pour la DREAL Grand Est, et Thibaud Surini, pour l’interprofession FIBOIS Alsace, ont ainsi pu rappeler le potentiel français et alsacien dans le domaine (taille du domaine forestier, diversité des essences, proximité de la ressource) et les attentes de l’État face aux vertus de ce matériau (piégeage du carbone et limitation de la consommation d’énergie grise, aménagement du territoire, amélioration du déficit de la balance commerciale). 

 

Un matériau qui, comme l’ont souligné Arnaud Meyer pour l’Agence Qualité Construction et Jean-François Fixaris pour la CFEC, et contrairement à un mythe tenace, ne génère pas de sinistralité particulière dès lors que sa technicité et la formation nécessaire à sa mise en œuvre ne sont pas sous-estimées.

 

Un point sur lequel s’accorde également Thalie Marx, chargée du projet Îlot bois de l’Eurométropole de Strasbourg lorsqu’elle remarque que l’innovation en construction bois nécessite pour un maître d’ouvrage de savoir s’entourer d’un AMO compétent.

 

Des freins plus structurels comme « la compétitivité de l’ossature bois, face aux matériaux traditionnels » (Bertrand Burger, gérant d’une entreprise de construction bois) existent néanmoins, même si l’expérience du bailleur social Le Toit Vosgien représenté par Jean-Luc CHARRIER montre que les immeubles à plusieurs étages en bois sont désormais une réalité. La question de l’esthétique, comme l’a rappelé l’architecte Thomas Weulersse, peut également être anticipée, particulièrement lors de la conception.

 

Le bois, mode constructif sans problème donc ? Globalement oui. A condition de rappeler, comme l’a fait Rémy Gendre, que dans sa mission de soutien à la construction pour le compte de la région Grand Est, il n’a finalement vu passer que « ceux qui ont su lever les freins ». Et de souligner que seuls deux architectes sont à l’origine de 70 % des dossiers d’aide traités par la région.

 

Et de fait, comme l’a rappelé Frank Mathis, PD-G de Mathis et pilote du plan construction bois dans le cadre de la nouvelle France Industrielle, en introduction de la table ronde, c’est bien un changement de culture qui reste à opérer, la construction demeurant organisée dans ses méthodes et ses savoir-faire par une logique d’emploi du béton. Un avis que Pascal Demoulin, fort de son expérience de promotion du bois en tant qu’architecte au Parc Naturel Régional des Vosges du Nord, conforte lorsqu’il remarque que le sapin et l’épicéa, qui sont le plus souvent utilisés, « ne sont pas la forêt française ». Et d’appeler à développer des modes constructifs susceptibles d’utiliser la diversité des essences nationales.

 

« Quand on n’a pas de données précises, on peut médire » remarque Philippe Estingoy à une question sur la sinistralité supposée du bois. Or, le travail d’observation de l’Agence Qualité Construction montre que, s’il n’y a pas de sinistralité particulière liée à l’utilisation du bois, celui-ci ne supporte pas non plus l’approximation et nécessite donc une certaine forme d’excellence dans la formation. Un point de vue que partage Michel Legrandjacques en tant qu’assureur lorsqu’il souligne qu’il existe une forte corrélation entre le niveau de formation et de qualification professionnelles et la sinistralité. Une problématique de formation que Patrick Weber, architecte et enseignant à l’ENSAS, appelle à traiter en multipliant au sein des écoles d’architecture, les passerelles avec l’ingénierie et les entreprises. Et de souligner qu’en tant qu’architecte, c’est souvent le dialogue avec les entreprises qui lui permet d’atteindre la technicité nécessaire.

 

Une technicité que Frank Mathis a quand même souhaité relativiser : « la construction bois, cela peut être facile dès lors qu’on utilise les règles (DTU) sur lesquelles tout le monde s’est mis d’accord ». A condition néanmoins de savoir modifier ses habitudes organisationnelles : par rapport au béton, davantage de temps devra être consacré aux études et à la conception, le temps du chantier – devenu très court – n’étant plus que celui de l’assemblage. Une approche différenciée qui est aussi celle de l’assureur face à la filière forêt-bois dans son ensemble. « La transformation est une étape dans laquelle les risques demeurent encore trop importants, au point de pénaliser la compétitivité de l’ensemble de la filière par des coûts assurantiels importants et, du point de vue de la seule construction, injustifiés » a ainsi souligné Michel Legrandjacques. Des risques que Philippe Estingoy perçoit également dans l’opportunisme financier que suscite chez les mauvais professionnels – comme cela a été le cas pour le photovoltaïque – tout volontarisme industriel. Il invite donc à se doter de mécanismes d’observation capables d’identifier et de limiter les contre-références.

 

Une organisation de la filière qui est, comme l’a rappelé Frank Mathis, un problème « vieux de 60 ans », mais face auquel il se montre néanmoins confiant : le plan construction bois vise à développer une demande de masse qui obligera l’offre française à se structurer. A condition de savoir rester simple néanmoins. Car comme le remarque Philippe Estingoy, si « c’est par l’innovation qu’on progresse », force est aussi de constater que face à une évolution très rapide des techniques, le système éducatif peine à suivre. Il appelle donc à une innovation qui laisse la place à la consolidation des apprentissages.

 

Un enjeu que Pascal Demoulin résume parfaitement lorsqu’il note que si « la construction bois doit veiller à ne pas se scléroser » en intégrant par exemple les enjeux de consommation énergétique et de bâtiments sains, il lui appartient aussi de savoir associer les industriels dans ses démarches innovantes de manière à ce que chaque nouveau bâtiment ne soit pas « un simple prototype ».

Article de la loi no 2015-992 du 17 août 2015

Ou la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Eventuellement voici un article traitant de cette loi.

Ainsi que le texte de la conférence de presse donnée par le Ministère de l'Ecologie.

 

Arrété paru dans le Journal officiel de la république francaise

Arrété fixant un modéle d'attestation d'assurance ( Article L243.2 Code des assurances)

 


Outils Pédagogique de l'AQC

 

L'Agence Qualité Construction, partenaire d'Aléarisque, met disposition l'intégralité de ses fiches

pédagogiques depuis sa plateforme internet. Vous pourrez y trouver toutes les informations utiles aux

professionels du bâtiment.