INFORMATIONS TECHNIQUES

 

Quelques définitions

Pour approcher des notions aussi fondamentales que le risque et sa gestion, il est indispensable de resituer ces concepts.

Les informations proposées ci-dessous n'ont pas pour prétention de traiter ces points mais simplement d'en rappeler quelques définitions de base.

Les risques

Le risque est traditionnellement défini à partir de trois concepts : le péril ou danger, la criticité et la vulnérabilité.

Il est le plus souvent considéré comme la combinaison de la probabilité d’un événement et de ses conséquences. On pourra aussi dire que c'est la combinaison de la probabilité d’un dommage et de sa gravité.

Dans des domaines plus spécifiques on parlera d'espérance mathématique de pertes en vies humaines, blessés, dommages aux biens et atteinte à l'activité économique au cours d'une période de référence et dans une région donnée, pour un aléa particulier.

La survenance d'un accident est le résultat d'une combinaison de facteurs de risque, dont les criticités deviennent telles qu'elles engendrent une forte vulnérabilité conduisant à un accident.

Il est fondamental, pour bien percevoir, identifier et évaluer les risques sur le plan collectif, de ne pas omettre un facteur de risque. La dimension psychologique (au niveau individuel) ou culturelle (au niveau collectif) ne doit pas être sous-estimée, car les interactions sont fréquentes dans les groupes, et elles peuvent aveugler les individus par rapport à certains types de risques.

Ceci concerne toutes les organisations, collectives ou individuelles, privées ou publiques.

La gestion du risque

La gestion du risque consiste en l’évaluation et l’anticipation des risques, ainsi qu'à la mise en place un système de surveillance et de collecte systématique des données pour déclencher les alertes.

C'est un ensemble de procédures et de démarches visant à répondre prioritairement aux objectifs suivants : supprimer le risque, au minimum le réduire et, si ces deux démarches ne sont pas satisfaisantes, le transférer par la souscription d'une assurance ou le conserver s'il est supportable.

Dans les deux derniers cas, la gestion des franchises est un outil très utilisé.

Le transfert des risques

En théorie, la seule condition à l'assurabilité d'une chose est l'existence d'un risque aléatoire de survenance. Les assureurs ne peuvent en effet prendre en charge un risque dont la réalisation est certaine.

Sur le principe, il est donc possible de souscrire une assurance pour tout événement affectant la vie, la santé, les biens meubles ou immeubles, les responsabilités, etc. Le contrat (ou police) d'assurance est la clé de voûte de ce transfert car il va définir toutes les conditions dans lesquelles la garantie sera accordée.

Le contrat d'assurance est donc un contrat de transfert de risques : le bénéficiaire cède un risque, par définition aléatoire, à la compagnie d'assurance.La compagnie d'assurance accepte le risque en échange du versement d'une prime (ou cotisation).

Il faut toujours se souvenir que le transfert à l'assurance ne modifie pas la probabilité de survenance du risque, ni ses conséquences. Il se contente de transférer le risque d'un agent économique, l'assuré, à un ou plusieurs autres. Pour cette raison, les assureurs sont particulièrement attentifs à la qualité des risques car elle va avoir un impact direct sur la probabilité de survenance et/ou la gravité des conséquences.

Un mauvais risque va aggraver l'aléa et, lors de la fixation de la prime, générer une tarification supérieure aux standards du marché.

 

Péril - Danger

Le facteur de risque est un élément présent susceptible de causer un risque, c'est-à-dire, concrètement un accident.

Les facteurs de risque se qualifient par leur domaine (humain, culturel, matériel, technique, juridique, etc.) ou leur lieu d'application (le projet lui-même, et l'organisation au sein de laquelle il va s'insérer). Ils se quantifient en niveau d'incertitude et/ou de complexité.

Criticité

La criticité est la combinaison de l'impact (ou effet), de la probabilité d'un risque (évaluée sur une échelle de 1 à 5 ou de 1 à 10 selon les méthodes), liée à l'intensité de l'accident (ou gravité, ou sévérité) lorsqu'il se produit.

Vulnérabilité

La vulnérabilité se caractérise par les pertes provoquées par la réalisation d'un événement aléatoire. Cet événement va frapper, par exemple, une ou plusieurs ressources de l'entreprise. La vulnérabilité est identifiée par les trois paramètres suivants : objet du risque, causes, conséquences (impact potentiel).

C'est donc un concept plus englobant que celui de criticité.


La survenance d'un accident est donc le résultat d'une combinaison de facteurs de risque, dont les criticités deviennent telles qu'elles engendrent une forte vulnérabilité conduisant à un accident.

Il est donc fondamental, pour bien percevoir, identifier et évaluer les risques sur le plan collectif, de ne pas omettre un facteur de risque. La dimension psychologique (au niveau individuel) ou culturelle (au niveau collectif) ne doit pas être sous-estimée, car les interactions sont fréquentes dans les groupes, et elles peuvent aveugler les individus par rapport à certains types de risques.